L’église Sainte-Marie accueille du 6 février au 7 avril 2022 une exposition « Pèlerins de lumière »rassemblant des fusains de Lucie LARRIVE et des textes de Philippe BOURDON.

« Même la ténèbre n’est pas ténèbre devant toi et la nuit comme le jour illumine. » 

Psaume 139,12

En travaillant dans un atelier à Londres durant quatre ans, Lucie Larrive découvre le fusain, le dessin et l’œuvre lumineuse du peintre Turner. Ce jeu de clair / obscur est alors une véritable révélation pour elle. De retour en France et dans la lignée de cette quête, elle s’initie à l’aquarelle. Une déchirure de la vie l’a amenée douze ans auparavant à retrouver fusain et aquarelle. S’en est suivie une rencontre avec le travail de Liane Collot d’Herbois, peintre britannique (1907-1999), et sa recherche sur la couleur et la lumière. 

Puis une formation de six ans lui a permis d’intégrer cette approche dans son travail artistique qui fut une deuxième révélation. Aujourd’hui, ces deux supports permettent la pleine expression de sa réalisation artistique. « C’est dans la profondeur et l’espace infini de l’être que se manifeste l’acte créateur, porté par la force de notre intériorité et de notre nature divine. » (L. Larrive)

Après avoir travaillé dans la diplomatie et le secteur culturel à l’étranger, Philippe Bourdon rentre en France en 2012 et se tourne vers l’écriture. Il rencontre Lucie Larrive en 2015 dans le cadre d’une manifestation à l’abbaye de Sylvanès. 

En 2016, ils ont publié ensemble Dans le silence du souffle.

L’un et l’autre habitent le Sud-Ouest de la France.

« C’est lui qui fait les Pléiades et Orion, qui change en matin les ténèbres épaisses  et obscurcit le jour comme la nuit ; lui qui appelle les eaux de la mer et les répand sur la face de la terre :  l’Eternel est son nom. »

Livre d’Amos 5,8

Lucie Larrive travaille le fusain sur papier Arches 300 g en grand format (115 x 140).

Sa rencontre avec le fusain à l’âge de 17 ans sera déterminante et restera au cœur de son expression artistique.

Pour l’exposition « Pèlerins de lumière », elle a réalisé une série de 12 fusains entre ombre et lumière, œuvre singulière et poétique, fruit d’un travail commun avec Philippe Bourdon, auteur des textes.

Ce co-labeur, tout en résonance, invite à une danse ouverte entre ciel et terre jusqu’au point de rencontre avec l’Essentiel de l’être.

« Le fusain est une matière qui me touche profondément. Il symbolise la simplicité, l’humilité ainsi que la force et la puissance. Le fusain est issu de la carbonisation de plusieurs essences d’arbres, dont le saule et le fusain d’europe. Sa présence humble, discrète, silencieuse dans notre environnement confère à cette matière toute sa noblesse. J’utilise des bâtons de fusain surfins en bois de saule qui permettent d’obtenir une intensité et une richesse inégalées dans le noir. Les qualités de ce fusain, d’une extrême finesse, offrent la possibilité, d’une large palette de dégradés, nuances qui se déclinent d’un noir intense et absolu jusqu’à la transparence évanescente du blanc. Le processus de création se fait dans un corps à corps. La confrontation à la matière passe par mes mains sur un support rigide, et C’est la Rencontre. Je travaille principalement sur grand format 1m40/1m15; le grand format me donne l’aisance d’expérimenter cette vastitude intérieure que l’on peut nommer inspiration. »

Lucie LARRIVE

« Cette obscure clarté qui tombe des étoiles. » 

Corneille, Le Cid, acte 4, scène 3

Vernissage de l’exposition :

Samedi 6 février 2022 à 17h30 – Eglise Sainte-Marie

Découvrez le site internet de Lucie LARRIVE

/

One response

  1. impressionnant ce jeu autour de la lumière. « La ténébre n’est point ténèbre devant toi. La nuit comme le jour illumine ». Et il est vrai que ces fusains illuminent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.